Faire parler les maisons

Né en 1939 à Montréal, André Montmorency est connu pour ses talents de comédien, de metteur en scène, d’acteur de théâtre et de cinéma, de chanteur d’opéra et de comédies musicales, d’auteur, de peintre… Il a touché presque à tous les domaines artistiques et s’est illustré au Canada et ailleurs dans le monde, notamment par de nombreuses tournées internationales avec le Théâtre du Rideau Vert. En 1964, il a mis en scène L’Heureux Stratagème de Marivaux qui lui a valu une mention honorable d’André Malraux, alors ministre de la Culture en France. Son plus grand succès en tant qu’acteur de théâtre est, sans nul doute, Le Bourgeois Gentilhomme de Molière qu’il a joué près de 200 fois. Plusieurs trophées et distinctions ponctuent sa longue carrière : En 1959, il a obtenu le Best Actor Dominion Drama Festival à Toronto ; en 1964, la précédemment citée mention honorable d’André Malraux à Paris ; en 1989, le Prix de la Critique pour Le Roi se meurt d’Eugène Ionesco au Théâtre du Nouveau Monde et, en 1990, le Prix Gémeau pour Rira Bien à TVA. Il serait trop long d’énumérer ici tout ce qu’a réalisé André Montmorency depuis ses débuts, en 1957, car il faudrait une biographie en 12 volumes pour ne rien omettre. Personne ne pourrait rédiger, dans un seul article, un éloge à la hauteur de cet artiste si complet ; indéniablement l’un des plus doués de sa génération.

Pablo Van Momo

Comme si ce n’était pas suffisant pour un seul homme, en 1999, il décide de rajouter une corde à son arc. Il se lance en peinture. Il utilise alors le nom d’artiste « Pablo Van Momo » pour signer ses œuvres, ce qui le démarque de son autre personnalité publique. Dès ses débuts, l’artiste peintre est excessif, coloré, expressif (à la hauteur du personnage). La première année, sa production d’œuvres est pour le moins prolifique ! Elle se conclue par un séjour en Egypte d’où il revient empreint de nouvelles images et galvanisé d’une inspiration renouvelée. C’est également en Egypte, aux abords du Nil, qu’il flirte avec l’aquarelle. Ses deux plus importantes expositions personnelles se sont déroulées au Château Dufresne à Montréal et au Centre d’exposition en arts visuels Boréart à Granby où, respectivement, 70 et 80 acryliques y avaient été présentées.

De toiles en toiles, l’artiste vit la peinture par intuition. Il puise son inspiration au fond de lui, se laisse guider par un mouvement qui invite au développement d’une courbe qui rappelle une forme. Il peint avec conviction dans une naïveté colorée, mettant en scène des personnages, des maisons, etc. sur fond musical pour faire écho à son propre vécu.

Son exposition, Faire parler les maisons, se déroule à la Maison des arts et de la culture de L’Ancienne-Lorette du 2 au 28 novembre 2010. C’est une chance exceptionnelle pour le public de la région de Québec de découvrir la facette « Pablo Van Momo » de cet artiste multidisciplinaire. Visites guidées par l’artiste : le vendredi 5 novembre de 13h à 14h30 et le samedi 6 novembre de 13h à 14h30.

Adresse:

Maison des arts et de la culture de L’Ancienne-Lorette
1268, rue Saint-Paul
L’Ancienne-Lorette (Québec-Canada)

2016-11-30T04:02:40-04:00

Archives