Entrevue avec LO (Laurent Torregrossa)

Oeuvre de LO

Peinture de LO

A quel point l’environnement social influence-t-il la pratique de l’artiste (au niveau du choix des sujets traités, des médiums utilisés, des couleurs, du support, etc.) ? A quel point le lieu physique (l’atelier ou le plein-air) influence-t-il la qualité du travail de l’artiste ? (Par exemple: Si vous étiez dans un lieu non-habituel, sans radio, sans télévision, sans Internet, loin de vos repères habituels, pensez-vous que vous pourriez faire le même travail ou un meilleur travail ?)

De nature très solitaire, LO, peintre-philosophe taoïste, ancien navigateur, a vécu ce moment un poil de pinceau différemment du commun des mortels. Le geste précis pendant des heures, en atelier, répété inlassablement l’a isolé tout naturellement du reste du monde depuis 1989. Quand on passe 400 heures sur une seule toile, les liens sociaux sont minimes… et doivent l’être. C’est sa façon de travailler, sa façon de vivre, sa façon d’être. Il témoigne néanmoins qu’il y a eu adaptation, malgré lui, de son environnement de travail par rapport à la nouvelle réalité sociale. La pandémie COVID-19 l’a obligé à s’adapter et vivre d’autres expériences personnelles.

« Isolement social, isolation totale, peut-être qu’il est intéressant de se retrouver coupé de tout pour être plus concentré sur son ouvrage… peut-être ? Assis, sur mon petit banc, je peints depuis plusieurs heures… le monde s’est arrêté… mon pinceau continue de courir sur la toile et de mettre en couleurs des parties encore vierges… j’aime peindre. Il me semble qu’il faut être tout à soi, entièrement concentré, ici, maintenant, juste ici, tout-à-fait maintenant, pour que le flot ininterrompu de la pratique artistique se déverse. Cette parenthèse offre l’opportunité d’une expérience inédite, le temps, l’espace, se mêlent… L’élasticité de ces dimensions se déploient à l’infini avant de se contracter jusqu’au néant. Il existe un endroit béni, mystérieux, perché sur les vagues horaires. Tel l’ascète, gavé de riz, imbibé d’eau, voyageur immobile, dansant au milieu des couleurs, en pleine tempête adverse… garder le fil… conserver le cap… à tout prix, rejoindre le port. Ils sont impressionnants ces brisants qui déferlent, cette assemblée qui éructe. Plonger en plein marasme, affronter Ça… se débattre, affiner le geste, le martial devient art, se modèle, se malaxe, se transforme, se déforme… alchimie d’un moment, atomisation des éléments, on y est… c’est ici… là… tout à fait ici… en plein là… ça danse… ça palabre… c’est beau… grand… immense, peut être ».

Oeuvre de LO

Peinture de LO

Dans un environnement de travail, encore plus calme qu’avant, l’artiste a vécu des moments d’inspiration inédits. L’atelier étant fermé au public, il y a eu une rupture radicale avec le public, amateur d’art, qui venait parfois le voir et discuter avec lui dans le confort de son cocon-atelier. LO sortait avant… Il sortait acheter ses toiles et du matériel d’artiste. Pendant la pandémie, c’est le matériel qui venait à lui avec de nombreuses commandes livrées à domicile. La dynamique des interactions s’est fracturée. Tout entrait, rien ne ressortait; tout se concentrait dans l’atelier. Le milieu de l’art a été malmené. Tout tournait au ralenti. Dans ce rythme quasi nul, l’inspiration a fait son entrée. Les toiles se sont accumulées pour toutes ses expositions annulées ou reportées dans le temps. L’espace autour de lui s’est rétréci vers un espace plus grand à l’intérieur. Il s’évadait vers une mer intérieure en peignant l’immensité salée sur ses toiles. Ses marines ont été sa liberté. Il s’est afranchi des contraintes sociales en étant coupé du reste du monde. Il a trouvé son espace de liberté de penser et d’agir où il n’y avait pas de télé, de radio, de téléphone ou d’Internet pour le renseigner sur ce qui se passait dans le grand monde confiné, divisé et angoissé.

« Tout est dans tout: l’origine, le dénouement; tout se concentre filtré par les poils de mon pinceau, pour se retrouver sur ma toile ».

Fin juin 2021, il est enfin sorti de son antre pour aller voir la mer… la vraie, l’authentique, la source de tout.

SUR INTERNET
www.artzoom.org/lo

2021-10-07T08:09:53-04:00

Archives