L’art engagé

L’espace contemporain galerie d’art présente du 6 au 17 octobre 2010, au 313 rue Saint-Jean à Québec (Québec-Canada), L’art engagé, une exposition de quatorze artistes.

La notion d’engagement a été de tout temps « une décision libre et au moins un peu risquée » pour soi-même. L’engagement repose sur la liberté individuelle et, parfois, collective de choisir. S’engager, c’est prendre position. C’est aussi prendre une responsabilité ou une voie… c’est défendre une cause ou une idéologie. En art, c’est l’opposition de « l’art pour l’art », par lequel l’artiste ne cherche pas à exprimer qu’une esthétique artistique. Etre artiste engagé, c’est dire les choses. L’art est le médium par lequel des idées politiques ou des sujets d’actualité (des injustices, par exemple) sont mises en lumière pour dénoncer, montrer du doigt et/ou revendiquer quelque chose. L’actualité joue un rôle important dans la source des sujets de l’art engagé. Des œuvres puissantes, telles que des photographies de guerre, par exemple, n’ont nul besoin de commentaire ou de titre pour transmettre leur message. Elles ne cherchent pas non plus à être «artistiques». Elles parlent d’elles-mêmes.

Oeuvre de Richard Colombi

Au XXe siècle, la photographie a certes joué un rôle important pour véhiculer ce qui ne pouvait pas être transmis en mots, mais les techniques d’expressions artistiques sont devenues de plus en plus variées et ont largement dépassé la photographie. De la peinture, à l’écriture, en passant par la sculpture ou l’art cinématographique et/ou audiovisuel (cinéma, film d’animation, vidéo, etc.), toutes les formes d’art ou presque ont servi à cet art de dire ce qui n’allait pas dans la société ou dans le monde. L’art engagé prend racine jusqu’aux Grecs de l’Antiquité où le théâtre servait de tribune pour dénoncer… ce n’est donc pas un art nouveau. Les œuvres de l’art engagé sont empreintes de tension (Guernica de Pablo Picasso en est un exemple. D’ailleurs, l’une des œuvres de Geneviève DeCelles en est sa réplique en bas-relief). L’art engagé véhicule souvent un message à forte charge émotive (comme le film Nuit et brouillard d’Alain Resnais pour ne donner qu’un exemple marquant qui a été porté à l’écran). Les œuvres sont subversives, elles bouleversent et ne sont pas forcément décoratives puisque le but de leur existence est différent.

Oeuvre de LO

Les artistes contemporains dits « engagés » tiennent notre sensibilité en éveil en prenant des faits d’actualité pour confronter notre naïve perception du quotidien. L’appel à la paix dans le monde, le suicide, la pédophilie, la famine, l’anorexie, la condition de la femme, la liberté, l’environnement, etc. sont des thèmes qui ont été exploités pour cette exposition tout à fait exceptionnelle à L’espace contemporain. Cette confrontation de la vision « crue » du monde réel et du monde « perçu » à notre échelle nous pousse à la réflexion. Le rôle de l’art, en ce sens, est primordial; il nous invite à revoir notre propre rôle face aux drames humains qui se jouent. L’art engagé ne cède jamais. Il résiste au temps et aux modes artistiques du moment. Il s’exprime dans une spontanéité, une ferveur, une détermination qui défient toutes les règles établies du marché de la vente d’œuvres d’art.

L’espace contemporain galerie d’art expose Francine Baron, Francine Blais, Louise Bloom, Luc Bourbonnais, Carole Chicoine, Richard Colombi, Geneviève DeCelles, Suzanne Gélinas, LO, Sonya Michel, Nicole Mongeon-Cardin, Jean Potvin, Yves Robert et Nathalie St-Pierre, quatorze artistes qui ont pris la parole dans l’exposition « L’art engagé » et qui ont su créer une forte atmosphère lors du vernissage du 8 octobre 2010. Une mention spéciale pour les deux œuvres de Jean Potvin, explicites au contenu non équivoque qui ont suscitées de nombreux commentaires de la part du public et une autre mention spéciale pour l’œuvre poignante de Richard Colombi qui exposait pour la première fois à L’espace contemporain. Deux autres Français ont également su étonner par leur travail, spécialement réalisé pour cette exposition à thème; LO a troqué ses bateaux hyperréalistes pour parler de liberté et Yves Robert a parlé de la condition de la femme. Francine Blais a également su étonner par la lumière qui se dégageait de son œuvre qui appelait à la Paix dans le monde.

Oeuvres de Jean Potvin

L’exposition se poursuit jusqu’au 17 octobre. Une exposition à ne pas manquer.

Oeuvres de Yves Robert

© 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 - HeleneCaroline Fournier - Tous droits réservés - Aucune reproduction sans l'accord de l'auteur. Merci de respecter le droit d'auteur.