Leblanc et la couleur

L’artiste et son oeuvre

Par HeleneCaroline Fournier

Arrivée à L’Ancienne-Lorette en 2007, l’artiste peintre et photographe Isabelle Leblanc cherchant un réseau social ayant les mêmes intérêts qu’elle, découvre L’Association des arts et de la culture de L’Ancienne-Lorette (AACAL). Un an plus tard, elle assume la fonction de coordonnatrice à la Maison des arts et de la culture de L’Ancienne-Lorette. Un travail qui lui va comme un gant puisqu’elle joint l’utile à l’agréable dans un univers artistique qu’elle connaît bien. Outre la photographie d’événements artistiques et sportifs, elle travaille à l’acrylique. Elle utilise parfois les techniques mixtes pour façonner sa surface en relief, pour lui donner une texture. Cet attrait pour la peinture remonte à son enfance. La vocation est donc précoce chez Isabelle Leblanc. Son travail de designer graphique, parallèlement à tout le reste, est d’une grande utilité pour son travail de coordonnatrice et en tant qu’artiste professionnelle car, aujourd’hui, l’art est intimement lié à la communication. Une artiste professionnelle doit savoir gérer tous les niveaux de sa propre communication pour obtenir la visibilité si nécessaire à la survie des artistes contemporains. Bien qu’elle ait été formée en technique de design de mode, qu’elle ait obtenu un BAC en design graphique à l’Université Laval, qu’elle ait suivi un stage de quatre mois à l’École professionnelle et supérieure d’art et d’architecture de Paris ainsi qu’un atelier en éclairage studio avec le photographe Claude Denis, sa carrière d’artiste peintre débute véritablement en 2008. Isabelle Leblanc se distingue depuis avec des expositions de plus en plus nombreuses aux quatre coins du Québec qui sont l’aube naissante d’une carrière qui s’annonce prometteuse. La Salle Albert-Rousseau, Le Grand-Théâtre de Québec, La Grande Exposition Internationale d’ArtZoom, etc. ne sont que quelques éléments qui viendront s’ajouter à une liste déjà intéressante. L’artiste a d’ailleurs obtenu ses premiers prix cet été lors de son passage à Granby ce qui confirme que son travail est déjà apprécié à sa juste valeur.

Les actuelles œuvres d’Isabelle Leblanc sont le résultat d’un long processus de recherche et d’une rencontre merveilleuse en 1996 avec Claude A. Simard, artiste peintre, qui lui a donné le goût de peindre, qui l’a guidée dans son cheminement et qui continue, aujourd’hui, d’être son mentor.

Le style Leblanc d’aujourd’hui a pris naissance à la fin de 2007. Il s’est dessiné un soir de neige sous un céleste Ave Maria. Une belle énergie s’est manifestée à travers la peinture et c’est cette énergie qu’elle diffuse depuis.

« Dans une fantasmagorie de pleins et de déliés, une palette couleur horizon laisse transparaître la plénitude de paysages imaginaires et concrets. Exercices matinaux, fulgurances horizontales, paysages baignés dans une atmosphère sensuelle, une gamme arc-en-ciel candide et dorée, une signature maniérée, imposante, tout naît de lignes, bandes, jaunâtres, bleuâtres, festins enchanteurs pour regards gourmands » commente un artiste en parlant des œuvres d’Isabelle Leblanc.

Les Leblanc s’équilibrent par les masses solides qui composent l’œuvre-matière dans un voyage tout en douceur qui propose au regard de s’évader hors du périmètre stricte du tableau. Son « art graphique » rappelle les paysages de ses nombreux voyages, de la Gaspésie à la Normandie. Ses tableaux changent de couleurs tout au long de la journée comme l’horizon au rythme des marées. Ils brillent comme la réverbération du soleil d’été sur un lac limpide. Ils sont dorés comme des minis trésors, brillants comme des petits bijoux qu’on a envie de posséder et de chérir. Les perspectives sont dans les gammes, l’anachronisme des histoires s’oriente vers l’infini d’une ligne. Le canevas est monté pour construire une histoire personnelle pour si peu qu’on y ajoute quelques verticales de notre cru. Chaque œuvre est un tableau unique qui laisse place à une histoire personnelle. Tous les ingrédients sont présents pour un rêve ou un fantasme au gré de l’humeur des amateurs d’art contemporain qui sauront les découvrir.

« Mon inspiration me vient sous la forme de l’intuition guidée par l’émotion du moment » révèle l’artiste. L’énergie la transporte dans un univers coloré, puissant et toujours très vivant car tout n’est que couleur dans l’univers de Leblanc.

L’exposition « Leblanc dessus-dessous » présente « Les Matins de la rue Chapman », une œuvre conceptuelle qui a été réalisée à chaque matin, pendant un mois complet, et qui a déjà fait l’objet de plusieurs articles dans la presse et les revues d’art. Ces trente petites œuvres évoquant le début du printemps seront exposées au deuxième étage. Une trentaine de nouvelles toiles dont une toute nouvelle série travaillée en surface seront présentées sur deux étages.

L’ÉVÉNEMENT

« Leblanc dessus-dessous » se tiendra du 29 septembre au 25 octobre 2009 à La Maison des arts et de la culture de L’Ancienne-Lorette, située au 1268, rue Saint-Paul à L’Ancienne-Lorette (Québec). Le vernissage se tiendra le jeudi 1er octobre 2009 de 16 heures à 19 heures en présence de l’artiste et de Pascale Croft au violon et de Marianne Croft au violoncelle.

Tiré du Journal de L’Ancienne-Lorette et sera repris dans la revue L’ArtZoomeur (Dossier: Critiques d’art) vol. 2

2016-11-30T04:02:43-04:00

Archives