Bernadette Mora

Par HeleneCaroline Fournier

Quand la science laisse place à l’art

Après une carrière au CNRS, l’artiste se retire dans sa région natale pour y entreprendre une deuxième carrière : celle d’artiste peintre. C’est dans le Gers qu’elle puise ses sujets, la région qui l’a vu naître.

Bernadette Mora est née à Auch en 1938. Tout au long de sa vie, elle a vécu dans diverses villes et régions de France. Le Gers, son pays natal, a façonné son caractère. Ses paysages aux vastes cieux et aux vallons doux et infinis ont influencé ses oeuvres. C’est naturellement là qu’elle a décidé de prendre sa retraite après une carrière au CNRS, consacrée surtout à l’étude de l’épigraphie médiévale – ce qui ne lui a pas apporté un épanouissement en partie à cause de son besoin de mouvement. Bernadette Mora a toujours aimé dessiner et peindre. Toutefois, elle s’y est consacrée tardivement. Elle peint depuis une quinzaine d’années, après avoir découvert que son style et ses compositions abstraites pouvaient plaire. Cette perspective l’a incitée à persévérer dans l’art. Indépendante, imaginative, fantaisiste, sont quelques qualificatifs pour décrire son activité picturale. L’artiste ne cherche pas l’imitation ou les influences mais suit plutôt un chemin axé vers les sentiments et le ressentir. Travaillant avec de la musique ou chantant tout en travaillant, elle trace sur papier, lignes et courbes, forçant l’abstraction colorée à écrire une trame de son émotion du moment. L’instinct naturel aidant, ses couleurs forment une harmonie tonique qui reflète sa personnalité dynamique et enthousiaste. Amoureuse de la nature, des longues promenades campagnardes, Bernadette Mora aime marcher et monter à cheval. Ses loisirs sont variés, mais toujours inspirés par l’art et la recherche de l’harmonie dans l’équilibre. Ses compositions semi abstraites, tout comme ses oeuvres figuratives, semblent être un langage symbolique où l’arbre et la nature revêtent une importance capitale. Symboles de force et de longévité, les arbres avec leur silhouette allongée sont un peu à l’image de la carrière de l’artiste qui se ramifie et s’intensifie au fur et à mesure du temps qui passe. Bernadette Mora expose régulièrement dans sa région. Elle a été également en exposition à Paris et certaines de ses oeuvres se sont retrouvées aux États-unis, notamment à New-York, en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et même au Japon. Quelques collectionneurs privés ont le privilège d’avoir des oeuvres signées Bernadette Mora, un nom qui porte déjà la griffe du succès international. C’est dans le cadre paisible de sa demeure qu’elle s’installe pour peindre et dessiner, non loin des animaux qui partagent son quotidien : ses chats, sa chienne et son cheval qu’elle peut voir dans le pré en regardant par la fenêtre. L’artiste peint au même endroit, s’y installe avec facilité puisque le matériel nécessaire à son travail n’est pas encombrant : une table, quelques pinceaux ou crayons et le tour est joué ! Sensible à la lumière du jour, Bernadette Mora choisit l’après-midi pour travailler ses sujets en solitaire, loin des regards. C’est un temps d’introspection qui ne peut être partagé ni avec les amis ni avec d’autres artistes. L’air du temps, le gazouillis des oiseaux, le vent tiède des beaux jours qui pénètre par la fenêtre ouverte suffisent à dynamiser son sanctuaire privé. Bernadette Mora est grandement influencée par l’espace. Elle aime cette sensation de liberté et de mouvement et ce sont les paysages qui lui donnent cette impression de liberté bien qu’elle dessine et peigne en intérieur, la plupart du temps. « J’aime l’espace et c’est pourquoi j’apprécie les paysages qui m’entourent, dynamiques, étendus, avec beaucoup de ciel ». Cet élément spatial est essentiel dans la vie de l’artiste et c’est cette liberté de mouvement que l’on retrouve dans plusieurs de ses oeuvres. « Je me sens très libre de peindre ce que je veux ! Si je n’arrive pas à un résultat qui me satisfasse, je repars sur autre chose… ». On ne s’étonne donc pas d’apprendre que « l’acte de créer » est perçu par Bernadette Mora comme une expression de liberté et de l’envie qu’elle a d’extérioriser, de coucher sur papier ou sur toile, quelque chose, comme un sentiment de bonheur, qui puisse plaire aux autres et, en même temps, laisser une trace derrière elle. C’est une satisfaction, un sentiment de plénitude… qui se fait en une fois ; elle ne laisse jamais un dessin inachevé. La peinture est une danse avec des jeux de lignes et de mouvement. La peinture est une musique avec des accords de couleurs et des accords de sons. La peinture est une poésie avec sa création d’un univers d’harmonie, de rythme et de résonance.

Lire l’article en format pdf

2016-11-30T04:02:45-04:00

Archives