Archives

Un monde imaginaire

Cet article s’inscrit dans un projet de grande envergure qui s’appelle “Projet Inst’Art Ateliers” qui propose au public de deux continents différents la visite sur rendez-vous d’ateliers d’artistes. Débuté en 2014, ce projet a été présenté mensuellement sur Info-Culture et s’est poursuivi en 2015 et en 2016.  Cette initiative est celle d’HeleneCaroline Fournier. Tous les ateliers des artistes sont répertoriés sur le site Répertoire des Ateliers.

Hélène Boivin est née en 1952 à Chambord. Elle a passé une grande partie de son enfance à Saint-François-de-Sales. Le dessin a toujours fait partie de sa vie. Enfant, elle dessinait des images abstraites avec une multitude de couleurs. C’est de là que part cette joie, née de l’amusement avec les couleurs. En 1987, elle débute la peinture à l’huile. L’amusement avec les couleurs, toujours présent, elle explore différents styles. Artiste autodidacte, elle axe sa recherche vers un monde imaginaire, notamment vers des paysages présentant des maisons dansantes, qui s’inscrivent dans le mouvement ondulationniste, des personnages loufoques, des oiseaux farfelus, toujours peints avec des couleurs vives et chaudes, avec lumière et joie de vivre. Elle a fait carrière en tant qu’infirmière à Roberval. Aujourd’hui, elle vit à Desbiens. Elle poursuit sa quête du plaisir par les couleurs. Elle se nourrit de la nature et du plein air ; son monde intérieur.

Hélène Boivin

Hélène Boivin

Hélène Boivin

L’artiste a exposé dans son milieu de travail, dans le cadre de la Traversée du Lac Saint-Jean à Roberval, à la Bibliothèque Georges-Henri-Lévesque à Roberval, au Symposium de Val-Jalbert, de Laterrière, d’Hébertville, de Desbiens, de L’Ascension, de Jonquière, de Métabetchouan, etc. En 1995 et 1996, elle participe au Concours régional des Arts Visuels où elle remporte une mention spéciale pour l’une de ses œuvres. On la retrouve également au Domaine Cataraqui de Québec dans le cadre de l’exposition « Dessins dans la nuit ». Parmi ses collectionneurs, on compte notamment le député Denis Trottier et la Ville de L’Ascension. L’artiste a également fait plusieurs dons de peintures à des organismes caritatifs, dans le but d’amasser des fonds, tels que: Association Décan, Société canadienne de la sclérose en plaques, Club Lions, Club Plein-Air de Roberval, Fabrique de Desbiens, etc.

Hélène Boivin utilise principalement son salon pour peindre et le reste de sa maison pour présenter ses toiles. Son lieu de création mesure environ 15 x 13 pieds, ce qui lui donne assez d’espace pour peindre et entreposer ses œuvres en cours de réalisation. Au début, elle peignait dans un grand sous-sol, mais elle s’est vite rendue compte qu’il était important, pour elle, de vivre avec ses oeuvres en devenir; les côtoyant quotidiennement, les sentant omniprésentes sur le chevalier ou au mur, le travail de réflexion créative se poursuit sans rupture visuelle. L’environnement influence son travail ; la musique sera choisie en conséquence. Leonard Cohen, Pink Floyd, Eric Clapton et/ou une musique classique donneront le temps de l’ambiance qui règne lorsqu’Hélène Boivin peint. « J’aime être seule pour peindre surtout pour finaliser des toiles exécutées en symposium. J’ai besoin de tranquillité et de calme ». Elle travaille beaucoup à la lumière du jour, le matin – rarement avec de la lumière artificielle. Elle ne peint ni le soir ni la nuit, très occasionnellement l’après-midi. Ayant à proximité deux grandes fenêtres, l’artiste est inondée de lumière naturelle.

Sa source d’inspiration étant l’imaginaire, l’artiste peint à partir d’images directement puisées en elle. Puisque son atelier est le salon familial, il n’est ni refuge ni antre secret. Les visiteurs et les membres de la famille peuvent y circuler librement. Hélène Boivin peint à l’huile. Il lui arrive donc de travailler sur plusieurs toiles en même temps, alternant les œuvres sur son chevalet de travail. Parfois certaines toiles sont mises de côté, le temps que la réflexion poursuive son chemin. La période la moins occupée au niveau de la peinture est à la fin de l’automne et au début de l’hiver. Le pinceau n’est plus aussi actif qu’avant, mais la réflexion le demeure. « J’aime travailler dans les symposiums et rencontrer des gens et d’autres peintres. Par les expressions sur les visages des visiteurs, je vois leur appréciation ou pas. Pour certains, la joie s’illumine sur leur visage et je reçois une grande gratification même s’il n’y a pas de vente au bout. Par contre, terminer une toile débutée devant public se fait toujours dans la solitude de mon salon après mûrissement visuel dans mon environnement de tous les jours ».

Son atelier est situé au 826, route de la Fée à Desbiens (Québec). Il est ouvert sur rendez-vous. Hélène Boivin est membre du Regroupement des Artistes et Artisans de Roberval (RAAR). Quelques images de son atelier sont diffusées sur Flickr et Instagram. Consultez aussi sa page sur le Répertoire des ateliers.

2016-11-30T04:02:33+00:00