UA-110462912-1

Archives

Monet. Un pont vers la modernité

Monet. Un pont vers la modernité

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente Monet. Un pont vers la modernité jusqu’au 15 février 2016. Cette exposition est la première exposition monographique consacrée à l’artiste Claude Monet (1840-1926) au Canada en presque vingt ans. Pour l’occasion, le MBAC a réuni douze œuvres qui mettent en lumière la manière inventive du peintre – l’un des peintres impressionnistes français les plus respectés de nos jours – qui explore le motif du pont, l’utilisant comme un laboratoire d’idées pour peindre ce qu’il avait sous les yeux.

Après un exil volontaire en Angleterre et en Hollande, pendant la guerre franco-prussienne (1870-1871), Claude Monet s’installe à Argenteuil, petite ville animée au bord de la Seine près de Paris, à la fin de l’année 1871. Le séjour qu’il effectue là-bas, de 1871 à 1878, marque un tournant dans sa carrière. L’artiste au début de la trentaine, nouvellement marié et père d’un jeune garçon, connaît une période d’intense créativité pendant laquelle il développe son sens de l’observation et peaufine sa technique de peinture de paysage. A son arrivée, l’artiste est fasciné par les ponts (routier et ferroviaire) de l’endroit. Il les peint et repeint. Il choisit d’illustrer la reconstruction du pont routier détruit pendant la guerre pour marquer le retour à l’ordre en France. Dans Le Pont de bois (1872), une pièce maîtresse de l’exposition, il concentre son attention sur une seule travée, en offrant une perspective qui rappelle les estampes japonaises (dont quelques-unes sont présentées dans l’exposition). Il donne ainsi au public l’impression que la structure en bois et l’échafaudage encadrent le bassin du fleuve ; l’effet produit un dédoublement, comme une image dans une image. Cette composition audacieuse est le point de départ de plusieurs autres œuvres qui portent sur la thématique du pont, chacune avec un point de vue, un angle de vue, une technique, une facture et des couleurs différentes. D’une étonnante modernité, les compositions de Monet lui ont mérité une reconnaissance incontestable en tant que précurseur de l’avant-garde. Sa renommée a été attribuée à une esthétique picturale qui semble saisir les impressions fugitives et éphémères de la nature.

Claude Monet

Jusqu’en 1873, le marchand Paul Durand-Ruel achète les tableaux de Monet presque aussi vite qu’il les termine. Ainsi, pour la première fois de sa carrière, l’artiste jouit d’une certaine aisance financière. Argenteuil représente aussi pour lui un lieu de rencontres et d’échanges où il accueille souvent ses confrères Alfred Sisley, Édouard Manet et Pierre-Auguste Renoir. Claude Monet jouera un rôle important dans l’organisation de la première des huit expositions de la « Société anonyme des artistes, peintres, sculpteurs, graveurs, etc. » à Paris, en avril 1874, où son tableau intitulé Impression, soleil levant (1872) sera fort apprécié. Les toiles des ponts d’Argenteuil, que Monet réalise pendant les années mémorables de l’impressionniste, figurent parmi les compositions les plus inventives et novatrices de ses débuts.

Claude Monet

Cette exposition permet de découvrir les contextes historiques, sociologiques et artistiques qui ont marqué les débuts de l’impressionnisme en 1870. L’exposition Monet. Un pont vers la modernité propose au public la découverte de quelques-unes de ses œuvres et, pour mieux comprendre le contexte de l’époque, Le scandale impressionniste, documentaire de 52 minutes, réalisé par François et Stéphane Lévy-Kuentz, est présenté en français et en anglais, en alternance, à la demie de l’heure.

Les détails de cette exposition et des expositions à venir, sur le site du musée: www.beaux-arts.ca

2016-11-30T04:02:33+00:00