Archives

L’atelier, ce lieu intime

Cet article s’inscrit dans un projet de grande envergure qui s’appelle “Projet Inst’Art Ateliers” qui propose au public de deux continents différents la visite sur rendez-vous d’ateliers d’artistes. Débuté en 2014, ce projet a été présenté mensuellement sur Info-Culture et s’est poursuivi en 2015 et en 2016.  Cette initiative est celle d’HeleneCaroline Fournier. Tous les ateliers des artistes sont répertoriés sur le site Répertoire des Ateliers.

Chantale Guy est née en 1954 à Roberval (Canada). Elle fait carrière au gouvernement tout en préparant doucement sa retraite. Parallèlement à sa carrière, elle peint. En 1995, elle débute cette passion qui, au fur et à mesure, prend de plus en plus de place dans sa vie. En 1998, elle obtient un DEC en arts et lettres au Cégep de Saint-Félicien. En 2004, elle fait son premier symposium de peinture dans cette ville. En 2006 et en 2009, elle suit des ateliers de développement et de perfectionnement. Elle enseigne également la peinture. Depuis 2008, l’artiste est beaucoup plus active. C’est d’ailleurs dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean qu’elle se fait connaître en premier. Ses expositions l’amènent, par la suite, à présenter son travail à Trois-Rivières et à Québec. Elle obtient un Prix du public en 2001 à Saguenay, puis un Premier Prix en 2002 à Roberval. En 2010, elle est présidente d’honneur du Symposium de Val-Jalbert. Deux ans plus tard, elle obtient une mention d’honneur au même symposium. En 2013, elle débute les expositions internationales avec le Collectif International d’Artistes ArtZoom (CIAAZ) et présente son travail hors du pays, au Salon international d’art contemporain de Libramont en Belgique, représentant le Canada aux côtés d’autres artistes compatriotes, ce qui lui permet d’obtenir une reconnaissance officielle en tant qu’artiste de niveau international.

Chantale Guy

Chantale Guy

Chantale Guy

L’atelier de Chantale Guy est juste assez grand pour lui permettre d’enseigner à 6-8 personnes en même temps et est situé dans une partie de sa maison. Il fait atelier-galerie pour les visiteurs. L’espace (ou le manque d’espace) n’influence pas les dimensions de ses oeuvres ni la gestuelle qu’on pourrait y retrouver. Les grandes toiles peuvent se créer – tout autant que les petites – sans que l’inspiration n’en soit affectée. Elle admet toutefois que l’environnement peut influencer sa créativité; un certain confort et la proximité du matériel lui sont nécessaires. Quand les moments intenses de création déboulent, cette nécessité disparaît pour laisser place à l’expression artistique pure. Son humeur va avec ses couleurs, la lumière influence le degré de l’émotion véhiculée. « Quand il pleut, mes couleurs, comme mon humeur, changent ». Elle se qualifie de peintre de petits et de moyens formats. C’est son terrain de prédilection, même s’il lui est arrivé de faire des toiles de 36 x 36 pouces (90 cm x 90 cm).

Son atelier est son lieu intime. Ses proches doivent d’ailleurs respecter son retrait lorsque la porte est fermée. « Aussitôt que la porte s’ouvre, je laisser entrer les gens ». Le silence y est présent, sauf au début d’une oeuvre. Le temps d’une chanson et Chantale Guy se retrouve dans sa bulle. L’atelier est un lieu de culture où les livres la ramènent aux mots qui l’inspirent. Tout la conduit vers l’art de créer. Un tablier à poches revêtu et c’est le départ pour l’aventure sans crainte de se salir. Il n’y a pas vraiment de cérémonial prédéterminé pour se mettre en place; l’artiste s’installe avec ses tubes et ses outils de travail tout simplement. Chantale Guy avoue pouvoir peindre ailleurs que dans son atelier, mais elle terminera toujours son oeuvre commencée dans son chez-elle, le seul endroit qui lui permet de réfléchir, de porter un regard critique sur son travail et de finaliser son oeuvre. Elle peint parfois devant le public lors de symposiums, ce qui est un exercice de concentration puisque les interruptions sont nombreuses. Elle préfère rencontrer le public pour échanger plutôt que peindre devant eux en silence. Les commentaires positifs et/ou négatifs envers son travail sont toujours bien accueillis; ils lui permettent d’avancer, de progresser.

Peindre dans un autre atelier que le sien est déstabilisant car il y a une perte des repères. Son atelier de 13 pi x 13 pi (près de 4 m x 4 m) est à son image; parfois rangé, parfois moins. Ayant essayé la sculpture, la poterie, etc. Chantale Guy est restée à la peinture : « c’est le seul médium qui me fait rêver ». En début de carrière, l’artiste peignait surtout des animaux et des paysages. Au fil du temps, des personnages sont apparus, apportant avec eux, une autre dimension à son travail. La joie de vivre, le rapport entre individus, le rapport entre l’homme et la nature, etc. sont des thèmes qui lui sont chers. L’interaction des uns et des autres, envers les uns et les autres, est le principal courant qui porte l’artiste vers une source d’inspiration inépuisable qui a donné lieu à de nombreuses expérimentations de styles. « J’ose croire que je suis une artiste qui crée le bonheur » explique-t-elle avec un sourire accueillant et les yeux pétillants.

L’atelier de Chantale Guy est ouvert au public sur rendez-vous, il est situé au 809, rue Principale à Saint-Prime (Québec). Le public intéressé à visiter son atelier peut la contacter. Des photos de l’atelier de Chantale Guy sont également disponibles sur Instagram et Flickr. Sur Instagram, les curieux, amateurs d’art et collectionneurs peuvent suivre le hashtag #chantaleguy ou #chaguy pour avoir accès à d’autres photos régulièrement diffusées sur ce réseau social.

2016-11-30T04:02:35+00:00