Archives

La peinture au-delà des mots

Cet article s’inscrit dans un projet de grande envergure qui s’appelle “Projet Inst’Art Ateliers” qui propose au public de deux continents différents la visite sur rendez-vous d’ateliers d’artistes. Débuté en 2014, ce projet a été présenté mensuellement sur Info-Culture et s’est poursuivi en 2015 et en 2016.  Cette initiative est celle d’HeleneCaroline Fournier. Tous les ateliers des artistes sont répertoriés sur le site Répertoire des Ateliers.

Pâquerette Girard est née en 1960 à Saint-Méthode. Dès son plus jeune âge, elle manifeste un intérêt certain pour le dessin. C’est seulement à l’âge de 34 ans qu’elle se met sérieusement à la peinture. Peintre fondamentalement réaliste, les paysages qui l’entourent et les animaux sont sa principale source d’inspiration. Ceci dit, depuis quelques années, l’artiste réalise également des portraits. Elle a suivi des cours au Cégep et auprès d’un professeur en art animalier. Son maître par excellence est Robert Bateman. Elle expose son travail depuis 1999, notamment au Village historique de Val-Jalbert. Depuis 2005, Pâquerette Girard travaille beaucoup avec le gris coloré, ce qui lui apporte beaucoup de plaisir. Ce changement de ton dans sa palette de couleurs lui a permis de redécouvrir la peinture sous un autre angle. C’est dans une palette aux tons cassés et par sa facture tout à fait personnelle qu’elle s’est fait connaître. Au cours de sa carrière, l’artiste a été présidente d’honneur de plusieurs symposiums du Québec et s’est vu décerner des prix et des distinctions pour son travail, notamment un Premier Prix au Symposium de Val-Jalbert en 2006 et 2014, un Premier Prix en tant que peintre animalier à Chicoutimi en 2000, un Deuxième Prix Symposium Cépal en 2002, ainsi que plusieurs Prix du Public, notamment à Val-Jalbert et à Saint-Félicien en 2003. Depuis l’an 2000, l’artiste a donc multiplié les distinctions en présentant son travail dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Certaines œuvres de Pâquerette Girard sont exposées en permanence à l’Auberge des Berges, située à Saint-Félicien.

Pâquerette Girard

Pâquerette Girard

Pâquerette Girard

L’atelier de l’artiste est de taille moyenne, environ 11 x 12 pieds. C’est une chambre de sa maison qui convenait le mieux à ses besoins. La faible luminosité naturelle a été compensée par un bon éclairage au plafond, fort utile lors des journées pluvieuses et lorsque le soleil se couche à l’horizon. C’est un endroit où elle se sent bien pour peindre, suffisamment grand pour y travailler sur chevalet. «Une petite table d’appoint pour y mettre mes tubes de peinture, une bibliothèque pour ranger mes livres, un coffre à peinture et, voilà! Je n’ai pas besoin de plus pour que le processus de création soit là!». Son espace de travail est divisé en deux. D’une part, le lieu de création et, d’autre part, le lieu de méditation, ce qui lui apporte tout naturellement la sérénité et l’inspiration nécessaires pour la peinture. L’espace lui permet de travailler sur de grandes toiles, un format qu’elle apprécie particulièrement. «Mon atelier est un lieu plein de musique, des fois plus douce et bien souvent avec plein de rythme et de couleurs». Loin d’être un antre secret, son lieu de travail et de méditation est à son image: un endroit de rencontre et de partage. Elle y passe plusieurs heures par jour, entrecoupées de moments où le quotidien l’appelle à d’autres occupations.

En fonction du temps dont elle dispose, Pâquerette Girard va varier ses moments de peinture. Une fois la porte franchie, elle se met en mode création. «C’est, je crois, un des avantages d’avoir un endroit pour travailler». L’artiste ne porte ni tablier, ni sarrau. Elle préfère de loin des vêtements dans lesquels elle se sent confortable. Contrairement à d’autres artistes qui ne sont pas à l’aise devant public, Pâquerette Girard, elle, adore l’expérience. A ses débuts, c’était plus difficile, mais aujourd’hui, elle le fait avec grand plaisir. «Je pourrais même dire qu’en certaines circonstances, il est sorti des œuvres que je n’aurais sûrement pas faites en atelier». Les amitiés se tissent hors de l’atelier et se nouent avec le temps; travailler avec d’autres a tout de même des avantages. Depuis 2010, Pâquerette Girard se considère comme artiste professionnelle. «Je crois qu’avec les années, j’ai acquis assez d’expérience en peinture pour me déclarer professionnelle. J’ai toujours aimé dessiner. La couleur et ce que je peux en faire m’ont toujours fascinée. Je ne pense pas que j’aurais pu faire autre chose car la peinture coule dans mes veine, peindre, pour moi, est (un besoin) viscéral».

Son atelier est situé au 1685 rue principale à Chambord. Il est ouvert sur rendez-vous. Pâquerette Girard est membre du Regroupement des Artistes et Artisans de Roberval (RAAR). Quelques images de son atelier sont diffusées sur Flickr et Instagram. Consultez aussi sa page sur le Répertoire des ateliers.

2016-11-30T04:02:33+00:00