Archives

Hergé à Québec

L’exposition Hergé à Québec est présentée jusqu’au 22 octobre 2017 au Musée de la civilisation, situé au 85 rue Dalhousie à Québec.

Réalisée par le Musée Hergé, cette exposition est une occasion exceptionnelle de découvrir l’œuvre et la vie de Georges Remi (Hergé), le père de Tintin. À l’intérieur d’un parcours rétrochronologique, c’est-à-dire de son décès en 1983, jusqu’à son adolescence en 1920, se succèdent plus de 300 œuvres graphiques, notamment des planches et des dessins originaux, des maquettes, des peintures, des photographies et des documents d’archives. Les extraits de film nous livrent des témoignages, des entrevues et des écrits personnels de ce grand personnage du 9e art. L’exposition nous dévoile les multiples facettes de la personnalité d’Hergé qui n’était pas qu’un dessinateur. Il était aussi un graphiste publicitaire, un peintre, un amateur et un collectionneur d’art. Au fil de l’exposition, on rencontre donc sur notre parcours des œuvres de sa collection privée : Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Lucio Fontana, Jean Dubuffet, etc. Hergé aimait s’entourer d’œuvres d’art. Il aurait pu devenir un grand peintre abstrait, mais il avait fait un choix en 1929. Ce choix, c’était Tintin ! Son intérêt pour l’art a néanmoins toujours été présent dans sa vie et, en étudiant bien son travail, nous sommes en mesure d’identifier certaines de ses influences artistiques !

Et je crayonne, et je rature, et je gomme, et je recommence jusqu’à ce que je sois satisfait. Mais il m’arrive de percer le papier à force de retravailler un personnage !

Hergé compose ses bandes dessinées comme un film dont l’action est mise de l’avant. L’artiste est influencé par le cinéma, par la peinture et par la photographie de son époque. Il multiplie ainsi les plans, le cadrage de ses personnages et les perspectives. Progressivement, il met au point un ensemble de procédés pour composer son récit avec la ligne claire – toujours présente – et cette façon typique de narrer et de présenter l’action avec des aplats de couleurs. Hergé cerne les contours du quotidien et donne naissance à des personnages emblématiques – dont le plus célèbre est Tintin – qui incarnent les grandes valeurs de la société, tout en étant parfois confrontés à des situations rocambolesques qui résonnent souvent avec l’histoire du XXe siècle.

Il avouera que Tintin, c’est le héros idéal et il y a beaucoup de lui dans ce personnage. Quant à Milou, c’était son côté casanier… mais son personnage préféré était le Capitaine Haddock avec ses 225 expressions colorées.

L’exposition fait le tour de sa vie, ne manquant pas de préciser que sa rencontre avec Chang a fait évoluer son dessin. Chang (qui est un étudiant chinois vivant à Bruxelles) va même participer à l’écriture en mandarin des quelques passages que l’on peut apercevoir dans l’album Le Lotus bleu, livrant des messages bien réels que peu d’entre nous auront su déchiffrer. Chang apporte à Hergé une ouverture réelle sur le monde et une façon de créer une ambiance et de laisser parler les paysages.

Après avoir fait escale à Paris, Genève et Londres, le Musée Hergé pose ses valises à Québec jusqu’au 22 octobre. Le directeur général du Musée de la civilisation, Monsieur Stéphan La Roche, n’hésite pas à affirmer que : « Cette première Nord-Américaine est promise à un grand succès en raison de son contenu exclusif et inédit ».

Cette exposition est une transmission de l’œuvre artistique d’Hergé – œuvre qui est désormais considérée comme universelle et intemporelle.

Tous les détails : www.mcq.org

 

Article paru originellement sur le HuffPost Québec, le 11 juillet 2017

2017-07-11T17:50:14+00:00